Ne portez pas de masque à votre cœur.

La Distanciation sociale contre la distanciation physique

elder
eler
Elder Dieter F. Uchtdorf

Pendant cette période d'incertitudes due au COVID-19, rencontrer en personne des gens du monde entier manque beaucoup à Harriet et moi. Cet été, nous avions planifié être avec les saints des derniers jours en Europe de l'Est, mais notre voyage a dû être annulé. Parce que beaucoup d'entre nous doivent s'adapter à des circonstances différentes, je veux partager avec vous quelques expériences qui nous aident en ces temps difficiles.

La Distanciation sociale contre la distanciation physique

Depuis le début de la pandémie, nous entendons souvent le terme « distanciation sociale », qui traduit l'idée que nous devons garder une certaine distance entre nous et les autres. Personnellement, je préfère le terme « distanciation physique » plutôt que « distanciation sociale » pour faire référence à cette pratique.

Harriet et moi sommes convaincus que la distanciation physique nous aide à nous protéger et à protéger les autres contre les dangers de la pandémie, et nous essayons de nous conformer autant que nous pouvons.

Pendant ce temps, nous avons appris combien il est important et vital pour notre bien-être de rester socialement proches de la famille, des amis et de nos frères et sœurs dans l'Église de Jésus-Christ.

Heureusement, il existe aujourd'hui de nombreux outils et moyens incroyables, utilisant la technologie, pour réduire la distance sociale, émotionnelle et spirituelle. Harriet et moi considérons ces outils comme des cadeaux opportuns du ciel. Grâce à ces moyens, nous pouvons nous sentir très proches de nos amis et des membres de notre famille. Grâce aux outils technologiques, nous pouvons voir nos enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants assez souvent et participer à leur vie quotidienne. De cette façon, nous célébrons les anniversaires, admirons de nouveaux jeux et, lisons des histoires au coucher ou prenons part à une promenade lors d'un appel vidéo. Il est toujours édifiant d'entendre leurs expériences de participation à la Sainte-Cène et de méditation sur les enseignements de viens et suis-Moi.

Par-dessus tout, nous sommes très reconnaissants pour le don et le pouvoir de la prière. Par la prière, nous pouvons être spirituellement et socialement proches de notre Père céleste, de son Fils Jésus-Christ et de nos familles et amis où que nous soyons et quelles que soient les circonstances.

Concentrez-vous sur ce que vous pouvez faire plutôt que sur ce que vous ne pouvez pas faire

Au cours des 20 dernières années, Harriet et moi avons eu une petite longueur d'avance sur ce que signifie être physiquement éloigné de nos proches. Lorsque mon appel nous a transférés d'Allemagne à Salt Lake City, nous nous attendions à vivre ici pendant quelques années seulement. Pendant les 10 premières années, nous avons même gardé notre maison en Allemagne, dans l'espoir de retrouver un jour famille et amis. Mais comme vous le savez, nous sommes toujours là et nous resterons ici.

L'Évangile, l'Église de Jésus-Christ et le Seigneur nous ont aidés à apprendre que la distance physique (même 5 000 km) ne signifie pas que nous devons être socialement éloignés les uns des autres. Nous avons appris à nous concentrer sur les choses que nous pouvions faire, celles dont nous pouvions faire l’expérience, et non pas tant sur les choses qui pourraient nous manquer.

Ne portez pas de masque à votre cœur

Des contacts sociaux plus fréquents avec les amis et la famille nous aident à partager davantage nos pensées et nos espoirs intérieurs. D'une certaine manière, ces temps difficiles nous ont aidés à être plus ouverts sur les sentiments de notre âme. Nous avons réalisé encore plus clairement combien il est spécial de ne pas cacher ou masquer les sentiments de notre cœur à ceux que nous aimons le plus.

Pendant ces moments spéciaux, Harriet et moi essayons de suivre notre propre recommandation : Portez un masque à votre visage, ne portez pas de masque à votre cœur.

Lorsque je lis vos commentaires sur mes pages Facebook, Instagram et Twitter, je peux sentir la douleur et le fardeau avec lesquels beaucoup d'entre vous doivent vivre. Et je peux aussi ressentir votre joie et votre enthousiasme lorsque vous vous concentrez sur les nombreuses bonnes choses que vous pouvez faire dans la vie. Il est étonnant de voir comment vous vous aidez et vous élevez mutuellement par des paroles et des actes. Vous êtes un miracle et une bénédiction pour ce monde lorsque vous aimez et servez Dieu et ses enfants, nos frères et sœurs.

Pour les moments joyeux ou malheureux, notre Père céleste nous a fait une promesse et une bénédiction : « Ne crains rien, car je suis avec toi ; ne promène pas des regards inquiets car je suis ton Dieu ; je te fortifie, je viens à ton secours, je te soutiens de ma droite triomphante. » (Ésaïe 41 :10).

Harriet et moi vous aimons. Nous sommes reconnaissants d’avoir chacun de vous. Que Dieu vous bénisse et vous garde pendant ces moments spéciaux et toujours.