L'obéissance aux commandements du Seigneur apporte des bénédictions.

nja

Nous sommes arrivés à l'aéroport local de Lagos vers 15 heures car notre vol pour Owerri était à 16h30. Assis dans le salon, mon mari et moi regardions une vidéo sur son téléphone quand il a levé la tête et a vu frère Solomon Aliche marcher vers nous. Il l'a immédiatement reconnu comme soixante-dix d'interrégion et il m'a dit cela parce qu'il avait vu une photo de lui sur l'un des dépliants de l'église il n'y a pas si longtemps. Frère Aliche s'est arrêté à quelques mètres devant nous alors qu'il cherchait quelque chose dans son sac. À ce moment-là, mon mari a fait un geste de salutation à son égard, auquel il a répondu en passant devant nous. Nous avons rapidement commencé à nous demander si nous serions tous sur le même vol. Nous n'étions pas sûrs, mais d'une manière ou d'une autre, nous sommes arrivés à la conviction que nous embarquions tous sur le même vol. Un peu plus tard, notre vol a été annoncé et nous nous sommes rendus au point de contrôle. Mon mari s'est retourné et n'a pas semblé le trouver, alors il m'a dit : « Pense-tu qu'il sait que le vol avait été annoncé ?». Je lui ai dit que je ne savais pas mais que peut-être qu'il a réservé un autre vol. Nous sommes quand même montés à bord de la navette de l'aéroport qui nous a emmenés à l'avion en attente.

Nous nous sommes assis et nous regardions simplement les autres passagers qui essayaient de s'installer quand nous l'avons vu assis devant nous de l'autre côté. Donc, c'était vrai. Nous étions sur le même vol. L'avion a décollé et je dois dire que c'était horrible. Il venait juste d'arrêter de pleuvoir, donc le temps était défavorable.

Le vol a atterri à Owerri environ 45 minutes plus tard et nous sommes tous descendus. Frère Aliche a marché rapidement devant nous. Mon mari m'a dit qu'il avait besoin de lui parler, alors nous avons marché jusqu'à lui et mon mari nous a présentés.

Il a dit : « Je suis frère Iheanacho, et voici ma femme ». Le fait de mentionner « frère » a, nous le supposons, retenu son attention. Mon mari a poursuivi : « Nous vivons à Freetown, en Sierra Leone, mais nous nous rendons à Aba pour notre mariage au temple » Il était heureux d'entendre parler de cela. La discussion s'est poursuivie alors que nous nous dirigions vers la zone de récupération des bagages. Il y a eu une courte séparation alors qu'il allait chercher ses bagages, mais il nous a retrouvés après l'avoir eu. Après avoir obtenu le nôtre, nous nous sommes finalement séparés. Enfin, c'est ce que nous pensions.

Nous étions sur le point d'emprunter un taxi qui nous conduirait à mi-chemin de notre destination quand une main tapa sur l'épaule de mon mari. C'était frère Aliche. Il nous a demandé où nous allions et mon mari lui a répondu. Il nous a alors proposé de nous emmener, ce que nous avons acceptée. Nous avons été très satisfaits de cette offre. Il nous a aidés à porter nos bagages jusqu'à la voiture, voyant que mon mari en avait assez à porter.

Pendant notre trajet depuis l'aéroport, nous en avons beaucoup appris de frère Aliche. Encore une fois, il nous a dit qu'il connaissait très bien les parents de mon mari. Notre plan initial était de s'arrêter à mi-chemin et que mon beau-père vienne nous chercher à partir de là, mais à mesure que nous nous rapprochions de notre destination, il a dit au chauffeur de nous emmener directement à la porte de la maison où nous allions séjourner. Nous étions très heureux qu'il ait fait un détour pour nous aider. 

Comme les œuvres de Dieu sont grandes et merveilleuses. Nous avions déjà manqué notre vol la veille car nous sommes arrivés tard à l'aéroport en raison du trafic intense habituel à Lagos. Nous avons payé de l'argent supplémentaire pour reporter notre vol au lendemain, une somme que nous n'avions pas prévue au budget et que nous n'avions pas assez pour épargner. Comme nous aurions aimé ne jamais être en retard pour notre premier vol.

Mais notre Père céleste avait un plan pour nous. Un plan auquel nous ne nous attendions pas. Il nous a aidés à économiser de l'argent en nous permettant de rencontrer frère Aliche. Nous venions de payer nos dîmes le dimanche avant notre voyage. Mon mari a dit que parce que nous étions fidèles à payer notre dîme, le Seigneur nous a béni avec une opportunité qui nous a permis de récupérer l'argent que nous avons payé en reprogrammant notre vol en nous offrant un trajet gratuit de l'aéroport à notre destination, qui est à environ une heure de route.

Nous avions consacré une grande partie de nos finances à nous rendre au temple nigérian d'Aba pour notre scellement.

Je sais que notre Père céleste est si fidèle qu'il récompense ses enfants lorsqu'ils obéissent à ses commandements d'une telle manière qu'ils ne s'y attendent pas.